Chargement

Le Motif

La lettre d’information

Actualités du MOTIF
 
Les champs suivis d’une astérisque (*) sont obligatoires.
Fermer la fenêtre

EbookZ : l’offre illégale de livres numériques sur internet

Notre étude “EbookZ” suit l’offre pirate disponible sur les réseaux depuis 2009 avec des focus sur la bande dessinée ou le téléchargement direct.

EbookZ 3 (mars 2012)

 

En 2009, nous avions dénombré une offre située entre 4 000 et 6 000 titres différents dont 3 000 à 4 500 BD réellement accessibles, en 2011 entre 8 000 et 10 000 dont 6 000 à 7 000 BD et cette année entre 11 000 et 14 000 dont 8 000 à 10 000 BD. Sans réelle surpris, le piratage augmente donc.

On s’accorde à penser aujourd’hui que c’est à l’offre légale de se présenter comme la meilleure rivale du piratage (par un développement en quantité comme en "attractivité" — prix, qualité, facilité d’accès, interopérabilité, services associés, etc.).

Cependant, nous nous trouvons encore dans la situation de transition que nous évoquions l’an passé : alors que l’offre légale se développe, l’offre pirate ne décroît pas.

Cette offre témoigne par ailleurs de la forte notoriété de certains auteurs et ouvrages, notamment les livres pratiques, à consommation immédiate (voire quasi compulsive pour les mangas).

“EbookZ 3” propose cette année :

  • un focus sur la BD "BDZ" qui a fait l’objet d’une publication pour le salon d’Angoulême. La BD est la catégorie éditoriale la plus piratée sur Internet. De nombreux sites et forums agrègent des liens de téléchargement, classés par ordre alphabétique et/ou chronologique. Entre 8 000 à 10 000 titres piratés sont réellement accessibles (liens de téléchargement et sources P2P actifs, à la portée d’un internaute moyennement averti).
  • un autre sur le téléchargement direct.

EbookZ 2 (mars 2011)

 

L’étude publiée aujourd’hui est la mise à jour, 18 mois après, d’EbookZ 1, et selon une méthodologie strictement identique. Avec le lancement de l’iPad en France et la démultiplication rapide de plates-formes de distribution, il semblait en effet pertinent d’étudier dans quelle mesure l’offre pirate a évolué et conservé ou non les caractéristiques cernées dans EbookZ 1.
Tout se passe comme si la période de transition se prolongeait concomitamment au décollage du marché du livre numérique en France. Le piratage n’est pas encore massif mais il s’accélère, et le délai de piratage des nouveautés semble plus court.
Toutefois, si l’offre se développe, c’est au profit du téléchargement direct qui devient la pratique dominante en matière de piratage de livres et plus le peer to peer.
La littérature, et surtout le fantastique et la science fiction, arrive en tête des livres les plus piratés.
Le meilleur moyen d’enrayer le développement du piratage est la mise en place d’une offre légale attractive et de qualité. Reste à déterminer précisément ce que constitue l’attractivité de cette offre et dans quelle mesure le marché rencontre les usages (et réciproquement), car il existe un risque d’accroissement du piratage
avec le développement du légal numérique, tant que la qualité du légal ne l’emporte pas sur la qualité des fichiers pirates.

EbookZ 1 (octobre 2009)

 

Il existe très peu d’études sur le piratage numérique des livres ; jusqu’à présent, il s’agit d’un marché parallèle encore très marginal comparé à celui de la musique, du film ou du jeu vidéo. Cependant, si l’on se perd en conjectures quant aux volumes réels de téléchargement illégal et au préjudice subi en conséquence, encore faut-il d’abord se pencher sur l’offre disponible parmi les divers réseaux "pirates".
L’étude lancée par le MOTif cet été est la première en France à analyser spécifiquement l’offre illégale des livres, et à répondre notamment aux questions suivantes :
* Quelle est la nature de cette offre ?
* Quels sont les livres et les éditeurs les plus concernés ?
* Par quels circuits et comment sont piratés ces ouvrages ?
* De quelles quantités parle-t-on ?

Moins de 1% des titres papier

L’évaluation du nombre de livres disponibles en téléchargement illégal reste complexe. Mais nous l’estimons, à l’été 2009, de 4 000 à 6 000 titres différents, dont 3 000 à 4 500 bandes dessinées.
Ce montant représente moins de 1 % des titres disponibles légalement au format papier, ce qui est encore très faible.
Après trois mois de recherches sur un très grand nombre de fichiers illégaux à disposition des internautes, en croisant les différents circuits de diffusion, voici nos estimations suivantes concernant les titres français :
* Environ 1 000 à 1 500 titres de livrels : une grande partie de ces livres sont des livrels scientifi ques, techniques ou médicaux ;
* Environ 3 000 à 4 500 titres de bande dessinée : le nombre considérable de titres provient ici notamment de la diffusion de séries complètes (par exemple l’intégrale de Lucky Luke) ;
* Environ 200 à 300 titres de livres audio, dont la moitié au moins concerne des textes du domaine public.

Le top 20 des auteurs piratés

Gilles Deleuze, Bernard Werber et Amélie Nothomb sont les auteurs ayant le plus de titres disponibles en téléchargement illégal.

Une très forte présence attendue des best-sellers ...

La moitié des auteurs du classement font aujourd’hui partie des auteurs de best-sellers en France (Bernard Werber, Amélie Nothomb,Frédéric Beigbeder, J.K. Rowling, Michael Connelly, Daniel Pennac, Marc Levy, Paulo Coelho, Stephenie Meyer). Leur présence tradui tlogiquement leur popularité auprès du grand public.

... ainsi que de certaines catégories d’auteurs

* Les auteurs philosophes : 25 % des auteurs du top 20 sont des philosophes (ce qui n’est pas le cas des tops de livres papier), et c’est l’un d’entre eux qui apparaît en tête de classement. Les explications sont multiples, entre autres : la notoriété de ces auteurs à l’étranger (d’où une volonté des internautes de contourner les coûts d’accessibilité à leurs ouvrages, pas toujours disponibles dans les librairies ou les bibliothèques locales) et, plus généralement, le fort relais universitaire sur le web. Il n’y a donc pas que le grand public qui utilise ces solutions de téléchargement illégal.
* Les auteurs de science-fiction et fantastique : ils représentent également 25 % du classement. Ils reflètent sans doute les goûts culturels du profil moyen des internautes téléchargeurs.

Et d’auteurs ésotériques

C’est le cas de Eckhart Tolle et Ken Wilber, deux auteurs de la catégorie "Religion et Esotérisme", qui, dans les réseaux illégaux, est surreprésentée par rapport à sa commercialisation légale papier.

Le top 20 des titres piratés

Les livres le plus souvent indexés et partagés dans les différents réseaux sont Le Sexe pour les nuls, la série Harry Potter de J.K. Rowling, le Grand Livre de cuisine d’Alain Ducasse et la série Twilight de Stephenie Meyer.