Chargement

Le Motif

La lettre d’information

Actualités générales
 
Les champs suivis d’une astérisque (*) sont obligatoires.
Fermer la fenêtre

Le secteur de la culture pèse 3,2% du PIB

L’étude commandée conjointement par les ministères de l’économie et de la culture fait ressortir un poids significatif du secteur culturel, avec 104,5 milliards d’euros d’apports directs et indirects à l’économie nationale en 2011 et 670 000 personnes employées.

L’étude sur l’apport de la culture à l’économie française publiée le 3 janvier 2014 mesure le « poids économique » de la culture en termes de valeur ajoutée, de production et d’emplois.

Elle évalue un ensemble d’activités culturelles : spectacle vivant (8,8 milliards), patrimoine (8,1 milliards), arts visuels (5,7 milliards), presse (5,7 milliards), livre (5,5 milliards), audiovisuel (5,1 milliards), publicité (5,1 milliards), architecture (4,4 milliards), cinéma (3,6 milliards), industries de l’image et du son (3,4 milliards), ainsi que les bibliothèques, les archives (2,3 milliards).

Le travail réalisé permet également d’appréhender le poids et la répartition des soutiens publics existants dans ce domaine, avec un apport financier total de l’Etat à la culture estimé à 13,4 milliards d’euros par la mission, incluant 11,1 milliards de crédits budgétaires, 1,4 milliards de dépenses fiscales et 0,9 milliards de taxes affectées. Les dépenses des collectivités territoriales sont évaluées pour leur part à environ 7,6 milliards, dont une partie vient de l’Etat compte tenu des flux croisés de financement.

Cinq secteurs sont jugés faiblement touchés par l’intervention publique (moins de 1 % de la production, entre 0 et 44 millions d’euros) dont le livre.

Cette étude confirme également que le numérique a profondément bouleversé les chaînes de valeur de l’économie culturelle, avec une captation d’une part de la valeur ajoutée par les plateformes numériques chargées de l’intermédiation entre les créateurs et les consommateurs (Apple, Google, Amazon, etc.).

La démarche rappelle celle d’une autre étude, du 7 novembre 2013, réalisée par le cabinet EY pour France Créative.

 

< Retour